« Bernanos : au nom du père et du fils » Figaro Littéraire – 08.06.17

À la fin de l’année 1944, il faut imaginer le quartier-maître Michel Bernanos, pistolet-mitrailleur en bandoulière, guettant par la fenêtre du bureau de l’amiral Muselier, dans son hôtel de la rue Pierre-Leroux, prêt à disparaître par une échelle de corde accrochée au balcon […]

Sébastien Lapaque, édition du Figaro du 08/06/2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *