À Napoléon Bidet Bonaparte

Sous moi est mort

Mon beau cheval blanc

Lui que j’aimais

©Michel Bernanos sur Napoléon bidet Bonaparte, Juiz de Fora

Plus qu’un ami

 

Au galop il m’emportait

Que de fois nous sommes-nous promenés

A lui je lui parlais

Je suis sûr qu’il comprenait

 

Il m’aimait comme je l’aimais

Blessé à mort il pleurait

Et moi je le regardais

Et sans rien dire je pleurais

 

Qu’il était beau mon cheval blanc

Moi qu’il aimait si tendrement

Je l’ai emmené inconsciemment

A cette promenade qui l’a tué

 

Et maintenant sans cavalier

Mon beau cheval blanc

Se promène seul

Dans un galop bien ramassé

Lui qui ne peut se fatiguer