Monde moderne

Le monde moderne

nous a tout abîmé

Non par ses guerres

il y en eut de tous temps

Ni par la mode

Qui s’acharne à nous prouver que nos filles sont belles

Mais par le progrès

Les toits de Paris ont ainsi leurs râteaux

antennes de tous genres

sur cheminées muettes

 

Les ascenseurs sont silencieux

les concierges polies

 

L’ère moderne s’acharne à tout supprimer

l’agréable

comme le désagréable

ne se rendant pas compte que la gamme est rompue

 

Monsieur Moderne n’est autre que le surveillant du confort

Il n’est pas musicien

puisqu’en surplus

il a apporté avec lui des machines

qui lancent nos cloches

le dimanche

dans un rythme ordonné

 

Et pourtant nous aimions bien tous entendre

chaque dimanche

les fausses notes tirées par le carillonneur

qui mélangeait

Vèpres grand’messes et messes basses

et au grand moment de l’élévation

se foutait dedans

 

Mais l’on sentait la vie au bout de la corde

ces fausses notes vivantes

nous faisaient lever les yeux au ciel

 

Tandis qu’aujourd’hui très poliment

à l’église

comme ailleurs

l’on s’emmerde

Et je suis persuadé que le bon Dieu aussi