L’envers de l’éperon

Depuis un long moment, Nicontina observait les deux fourmis. L’empreinte de leurs pattes minuscules avait délimité dans le sable doré le cercle de mort où elles s’affrontaient, antennes contre antennes. Nicontina les fixait de son œil unique. Il attendait le fatal dénouement. Enfin les pinces s’entrelacèrent cruellement et les deux combattantes glissèrent sur le côté.

« Tuer, mourir! voilà toute la vie! » songea Nicontina en levant sa botte garnie d’éperons pour mettre fin à ce duel. L’acharnement meurtrier des fourmis répondait, écho dérisoire, à la violence du monde qu’il avait toujours connu. »

Nicontina, garde du corps d’un grand propriétaire terrien, est chargé par ce dernier d’exécuter un homme. Découvrant au fil des poursuites qu’il s’agit en réalité de son propre frère, Nicontina va devoir faire face à une situation plus que délicate.

Avec ses deux personnages, Michel nous embarque dans une course poursuite effrénée au cœur de l’état brésilien du MINAS-GERAIS, dans lequel il a vécu quelques temps.

Les personnages vont évoluer dans un univers mêlant fantastique et réalité, jusqu’à se retrouver dans une ville abandonnée des hommes au sein de laquelle le monde vert de Michel a repris ses droits.

Nicontina ayant donné sa parole à son donneur d’ordre, va-t-il se borner à appliquer le respect de la parole donnée ?

A moins qu’il ne trouve son salut grâce à la nature hostile de Michel …


RECENTES PUBLICATIONS :

– L’Envers de l’Eperon, Préface de Jean-François Merle, L’Arbre Vengeur, 2018,  221 p.
– « Le Cycle de la Montagne Morte de la Vie », Fleuve Noir, « Super-Poche», 1996, 704 p.
Editeurs : L’Arbre Vengeur, Fleuve Noir Editions, La Table Ronde (Gallimard)

Avis de lecteurs Amazon France Avis de lecteurs FNAC


CRITIQUES LITTERAIRES :

« Cette histoire fantastique est contée sobrement dans une langue très dépouillée qui ajoute à sa grandeur. L’envers de l’éperon est l’un des meilleurs livres de la saison ». Jacques de Ricaumont, Le Figaro Littéraire

« Ce livre est d’une force telle, qu’il jette au nom de la justice et de la charité, au nom aussi de la fraternité, de terribles éclairs qui ne manqueront pas d’allumer des incendies dans les âmes. » Jacques Chirac, Mairie de Paris

« On découvre un de ces livres écrit pour tous et pour personne : si simple qu’il saisit, si ambiguë qu’il déroute, si sobre qu’il embarrasse. Il est des cauchemars qui réveillent et des lectures qui raniment: Venu d’ailleurs, l’envers de l’éperon fait entrevoir ce Tout après lequel notre monde soupire. » Jean-Jacques Lafaye, La revue des Deux Mondes

« Une part de fantastique sans outrance, toujours aux frontières du vraisemblable. Et il y a ce poète, Michel Bernanos. Le suivre quand il se fait romancier, c’est découvrir un Brésil fascinant, c’est aussi avancer un peu plus dans le plus secret de notre propre destin. » Pierre-Robert Leclercq, Le Monde

2 commentaires

    1. Merci à vous pour ces belles critiques.
      L’univers de Michel est effectivement passionnant et tellement énigmatique.
      Bien à vous

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.