A propos – Romans fantastiques

Au dessus du bureau de Michel, accrochée au mur, trônait une grande carte du Brésil qui le suivait pour l’écriture d’une grande partie de ses romans fantastiques.

Michel y fait du Brésil et de la splendeur de ses paysages, un véritable univers fantastique mêlant rêve et réalité.

« Le murmure des dieux » et « L’envers de l’éperon » se déroulent dans deux états du Brésil qu’il connaît particulièrement bien pour y avoir vécu et parcouru les contrées : l’état de l’AMAZONAS pour le murmure des dieux et l’état du MINAS-GERAIS pour l’envers de l’éperon.

Quant à « la Montagne morte de la vie » et « ils ont déchiré son image », les récits se déroulent dans un environnement purement fantastique. La chaleur du sertao et l’omniprésence du monde vert amazonien n’étant jamais très loin.

Parmi les différents thèmes abordés dans les romans fantastiques, nous avons un thème central et commun aux oeuvres de Michel : le monde vert et animal qui revêt différentes facettes.

Le monde vert de Michel s’avère parfois protecteur de l’homme (la forêt complice) ou encore bienveillant à la seule condition qu’il soit lui-même respecté (Le murmure des dieux). Cependant, il peut également et tout simplement se rebeller contre toute forme de civilisation humaine (La Montagne Morte de la Vie).

Cette nature peut être terrifiante et sublime à la fois.

Terrifiante de par son imprévisibilité car le lecteur ne peut déterminer à l’avance la manière dont elle va se comporter avec les personnages romanesques. Sublime, par les descriptions poétiques de l’auteur qui en sont faites et l’omniprésence des croyances ancestrales indiennes.

Michel dénonce la déforestation de la forêt amazonienne ainsi que le non respect des civilisations indiennes (Le murmure des dieux), la tyrannie de l’homme allant même jusqu’à dépasser le diable lui-même (Ils ont déchiré son image), le véritable sens de la vie face aux priorités d’ordres pécuniaires (La forêt complice), le respect de la parole donnée à l’épreuve de l’amour fraternel (L’envers de l’éperon), ou encore la survie de l’âme humaine face à une nature en colère qui souhaite avoir une totale maitrise de l’homme (La Montagne Morte de la Vie).

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *